Tendances & Actualités

Aurélie Jean : “Les décideurs doivent s’initier au code pour devenir des leaders éclairés”

Aurélie Jean est scientifique numéricienne et entrepreneuse, entre autres CTO/CIO et co-fondatrice de MixR à Los Angeles (USA). Pour Abilways Digital, elle revient sur l’importance du code dans les organisations, les enjeux de la transformation digitalo-analytique et les leviers à activer pour accélérer la digitalisation de son entreprise.

 

Les initiatives se multiplient ces dernières années pour encourager les femmes à s’orienter vers les filières scientifiques. Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui souhaitent réussir dans le milieu de la tech ?

Des initiatives s’organisent en effet aux échelles individuelles et étatiques. Des organisations agissent pour mettre en avant des Role Models de femmes scientifiques afin que les jeunes filles puissent se projeter. Aussi, notre gouvernement actuel prend ce sujet à bras le corps avec, entre autres des actions de notre secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi et de notre secrétaire d’État Marlène Schiappa chargée de l’égalité hommes-femmes, ou de notre ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer. Ce dernier souhaite renforcer l’appétence des mathématiques et des sciences chez les enfants, et développer une égalité d’opportunités entre filles et garçons.

On voit également des entreprises telles que Microsoft, Bloomberg ou Google développer des programmes d’accompagnement (mentoring) ou de formation sous formes de camps afin d’encourager et de développer chez les filles de l’appétence pour les sciences et en particulier les mathématiques. Mon conseil aux femmes, et aux hommes aussi, est d’être versatiles, savoir naviguer d’un milieu à l’autre tout en développant un bagage théorique fort. En effet, on a l’opportunité d’utiliser ses connaissances dans de nombreux domaines. J’ai moi-même appliqué mes compétences scientifiques et techniques dans la médecine, l’ingénierie, l’éducation, la finance, l’économie, et même le journalisme ! Grâce à leurs fortes capacités d’adaptation, les femmes ont un grand boulevard d’opportunités devant elles.

Vous incitez régulièrement les collaborateurs des entreprises mais aussi les CEO à s’initier au code. Demain, faudra-t-il coder pour survivre en entreprise ?

C’est un peu plus subtil que ça (Rires…) ! J’encourage les dirigeants économiques et étatiques de notre pays à apprendre à coder afin de devenir des décideurs éclairés et non éblouis des nouvelles technologies. L’idée n’est pas de les transformer en développeurs informatiques, mais de les initier à la discipline afin qu’ils comprennent cet écosystème numérique qui innove par le code, qu’ils développent des visions, et qu’ils puissent communiquer sur les sujets digitalo-analytiques. Je propose avec Alain Buzzacaro d’Octo Technology, et Octo Academy une formation de deux jours, #Coding4CLevels, de code, d’algorithmique et de techniques managériales Agiles, pour les CLevels (CEO, CDO, CMO,…) et les top executives, on s’amuse c’est génial !

Crédit : USI OCTO Technology

Dans quelle mesure vit-on une époque de transformation digitalo-analytique ? Pouvez-nous revenir sur ce concept ?

J’ai commencé à utiliser ce mot en 2016 car selon moi la transformation digitale était finie. Dans la transformation digitale, les organisations utilisent les outils digitaux, souvent existants ou développés par des entreprises extérieures tels que les réseaux sociaux, pour toucher leurs clients ou leur utilisateurs.

Dans la transformation digitalo-analytique, les entreprises vont utiliser la data afin de les comprendre. Il y a un renversement d’état d’esprit, selon moi. Cette transformation est beaucoup plus silencieuse mais beaucoup plus puissante car elle se traduit par des changements structurels profonds de l’entreprise et des organisations étatiques. Dans ce type de transformation, les organismes internalisent le développement des outils analytiques, car leur développement devient stratégique et leurs clients ont des raisons particulières d’être leurs clients. Les conséquences sont intéressantes : de nombreuses entreprises deviennent partiellement Tech en embauchant des data scientists et des software developers, et en intégrant à leurs méthodologies les techniques managériales dites Agiles qui viennent de l’écosystème Tech. Tous ces changements sont des bouleversements profonds qu’il faut accompagner.

Quels conseils donneriez-vous à des entreprises qui souhaitent accélérer leur transformation numérique ?

Je leur conseillerais de prendre le temps de former leurs équipes à penser Data. Il faut un profond changement dans la manière de penser des marketers, des RH, des sales ou encore de la communication. Chaque employé peut par ses décisions, récolter de la donnée, et avoir un oeil critique sur l’utilisation de cette donnée et des décisions qui en découlent. Il faut former les gens, cette phase de cette transformation risque de prendre du temps et il faut commencer aujourd’hui et de façon progressive et évolutive. En général, les transformations d’entreprises réussissent car les employés, à tous les niveaux, et dans tous les départements, croient aux bénéfices.

 

Pour aller plus loin