Tendances & Actualités

Commande et livraison : dernières tendances digitales

Sous l’influence de géants américains, la chaîne logistique des commandes et des livraisons se digitalise toujours plus. De la prise de commande automatisée à l’optimisation de la livraison, beaucoup s’y cassent les dents.

Amazon Dash buttons : une fausse révolution ?

En novembre, Amazon France a lancé les premières livraisons de produits commandés à partir de son Dash button.

Ni plus ni moins qu’un bouton de commande automatisée, spécifique à une marque et à un seul produit, le Dash button est loin d’être une révolution technologique.

Le bouton à l’allure de sonnette est constitué d’un microcircuit électronique radio permettant à une connexion wifi d’envoyer une commande vers un serveur Amazon.

La principale innovation réside dans le modèle économique. Chaque bouton est vendu 4,99€, remboursés dès le premier achat pour les clients Premium. Selon le Wall Street Journal, les 200 marques déjà partenaires ont payé un ticket d’entrée de 200 000 dollars et 15 % de marge sur chacun produit vendu.

Commande automatique intégrée et commande vocale

En matière de commande, deux orientations similaires se profilent : la combinaison de ces boutons avec des équipements domotiques sans fil et l’intégration de ces boutons directement dans les machines.

D’autres innovations vocales voient le jour : à la rentrée 2016, Amazon a introduit son enceinte Echo, équipé de l’assistant virtuel Alexa, qui permet de passer commande oralement sans faire appel à son téléphone.

Google Home fait de même avec, là aussi, un assistant qu’on hèle par un simple « Ok Google ! ».

Autre concurrent potentiel : la plateforme HomeKit d’Apple qui utilise Siri pour le contrôle vocal des équipements.

E-logistique : la vraie révolution à mener ?

L’atout-maître de géants du e-commerce comme Amazon reste une e-logistique de livraison très affûtée basée sur des process bien rodés pour la gestion de ses stocks en flux tendu.

Beaucoup tentent encore de tirer parti des nouvelles technologies pour assurer de tels services à moindre coût. Si eBay a échoué, Google ne renonce pas, mais son service Google Shopping Express lancé en 2012 est toujours en pilote aux Etats-Unis.

Mais beaucoup d’entreprises préfèrent s’appuyer sur les spécialistes du secteur, plutôt que de réinventer des process. Car la e-logistique ne s’improvise pas.

Outre des spécialistes de la géolocalisation et de l’optimisation des tournées, il existe des experts en gestion des entrepôts, qui proposent par exemple la visualisation 3D des entrepôts et l’automatisation des commandes.

Il existe également des logisticiens qui proposent des offres de delivery avec devices mobiles, gestion des véhicules et tout le back-office clés en main.

Quelles perspectives pour la livraison ?

La digitalisation des process pourrait encore améliorer les flux, de la préparation des commandes au conditionnement des colis en passant par l’optimisation des tournées.

En attendant les drones livreurs, qui restent au stade de l’expérimentation, il reste encore une large place à l’imagination et à l’innovation.

En chiffres

5,3 jours : c’est le délai moyen de livraison de 40 millions de colis en France. (Source : Fevad, Fédération de la Vente à Distance, 2016)

Ils l’ont dit

Bertrand Pineau, expert en logistique auprès de la Fevad :

Les gros acteurs, parce qu’ils ont développés des systèmes informatiques automatisés, sont devenus extrêmement rapides. Avec les plus petits e-marchands, il existe de grands écarts qui vont se creuser à l’avenir.

Vous souhaitez améliorer vos connaissances ?