Tendances & Actualités

Comment les ONG font aussi leur transformation numérique

Plus discrètes que les entreprises du CAC 40 sur le sujet, les ONG ont elles aussi effectué leur mue numérique. L’enjeu pour les associations est immense : le digital représente un moyen inespéré pour recruter de nouveaux donateurs et fidéliser ceux qui donnent déjà, en permettant plus de transparence sur les activités de l’ONG.

Le don à l’ère du numérique

En 2017, le courrier demeure la principale ressource des associations avec les fameux bons de soutien renvoyés par la poste. Les dons en ligne ne représentent encore que 7,2% du total des dons. Mais les donateurs sur Internet ont l’avantage d’être plus généreux : le don moyen par chèque est de 63 €, alors que le don moyen en ligne est de 104€. Surtout, les dons online permettent de cibler un nouveau public, plus jeune, alors que 52% des donateurs ont plus de 50 ans.

Les associations font preuve d’une grande inventivité pour dépoussiérer le don et le rendre plus facile et plus naturel. Le microdon est un exemple de ces innovations numériques. Le principe : sur un site marchand, l’internaute est invité à arrondir son panier à la somme supérieure, le surplus étant versé à une association. L’idée est bonne mais pas toujours rentable: «Le microdon doit être un moyen de fidéliser le donateur à long terme. Mais pour avoir un effet de masse, il faut des partenariats importants, avec de grosses plateformes de e-commerce», explique Mélanie Cagniart, directrice de la collecte de fonds privés chez Médecins sans frontières.

Autre innovation : le “peer-to-peer”, où l’internaute organise lui-même une campagne de dons sur sa page Facebook, Twitter ou autres. C’est ainsi que de nombreux fans de running obtiennent un dossard pour un grand événement comme le Marathon de Paris en échange d’une collecte de dons auprès de leurs amis. Le “charity running” est typique de ces nouvelles manières de collecter des fonds, bien loin des bons de soutien qu’on peut trouver dans les magazines.

La transparence au coeur de la transformation numérique

La transformation digitale des associations permet aussi une plus grande transparence sur leurs activités. «Les donateurs exigent maintenant un certain degré de transparence. Pour chaque dollar qu’ils donnent, dans de nombreux cas, ils veulent un retour en temps réel et veulent la réponse à leurs questions, du type “est-ce que les enfants ont bien reçu l’argent ?”», explique  Roger Ford, directeur d’Accenture Development Partnerships. La transformation digitale des ONG ne concerne donc pas que les dons. La question de l’information et de la transparence est centrale dans ce processus.

Le numérique joue aussi un rôle central dans la transmission d’information pour permettre aux secours d’intervenir beaucoup plus rapidement. 82% des associations estiment ainsi que le numérique a un impact positif sur leur visibilité mais aussi sur la motivation des bénévoles, le partage des informations selon Nesrine Dani, responsable du programme Solidatech aux Ateliers du bocage.

Ils l’ont dit

Ismaël Le Mouël, fondateur de Hello Asso

Chacun peut décider de lancer une collecte au profit d’une cause ou une association, et mobiliser ses contacts par mail ou Facebook. Avec le digital, le donateur devient aussi un relais. Du coup, les associations arrivent à monter des campagnes virales

Julie Maillard, consultante Senior chez Adway

Qu’en sera-t-il d’ici les prochaines années ? Peut-être pourrons-nous directement agir dans une école en Afrique via une application reliée à un centre ? 

Accélérer la transformation digitale