Digital Learning Manager

Métiers du digital

Digital Learning Manager, ambassadeur de la transformation numérique de l’entreprise

Responsable de la formation digitale au sein de l’entreprise, le Digital learning manager est responsable du choix des outils de e-learning, en coordination avec les métiers et les RH pour la conception des contenus proposés.

Le digital learning, ou apprentissage grâce aux outils numériques, consiste à insérer du digital dans les contenus de formation, à l’aide de solutions multi-supports, multi-formats, multi-médias et multi-devices. Mais le e-learning permet surtout de réinventer les modes d’apprentissage. Cette approche permet plus d’interactivité et d’implication de la part des « apprenants », grâce à une dimension ludique et à des indicateurs de progression.

Le digital learning tend à s’inscrire dans les entreprises comme un levier de la transformation numérique de l’organisation. Présent sous différentes formes (blended-learning, rapid-learning…) qui n’excluent pas toujours les traditionnels présentiels, le e-learning s’adapter à la culture de l’entreprise.

Digital Learning Manager : les différentes dénominations

La fonction prend plusieurs dénominations, selon la taille de l’entreprise. Si de nombreuses entreprises comptent dans leurs rangs un Digital Learning Manager, à l’instant du groupe Accor, d’autres présentent des chargés de Formation Digital Learning (Zara, Picard surgelés), des chefs de projet Formation digitale ou Digital learning (Clarins, IFCAM) ou, de façon plus restreinte, des Ingénieurs pédagogiques. Citons une variante également intéressante, chez Citrix EMEA : un Talent, learning & development director.

En quoi consiste le travail de Digital Learning Manager ?

Le Digital Learning Manager se pose comme ambassadeur de la transformation numérique au sein de l’entreprise. Il est proche des responsables de l’innovation et des nouvelles technologies, dont il fait la promotion et la communication. 

Il est chargé de développer des solutions d’apprentissage qui incitent à adopter et ajuster les bons comportements sur le terrain. Il va jusqu’à recenser les aptitudes et les savoir-faire utiles afin de les traduire en contenus de perfectionnement et de formation. Il coordonne les plateformes de formation existantes (y compris les contenus.), ou LMS (learning management system). Il a donc la responsabilité du déploiement de ces solutions dans les diverses entités de l’entreprise, voire dans plusieurs pays. Il gère aussi les relations avec les fournisseurs de solutions, et s’implique, avec les RH, dans les relations avec les filières de formation classiques. En tant que manager, il pilote ses plusieurs prestataires extérieurs. Il conçoit, crée ou fait réaliser des supports avec des outils « auteurs » (comme Storyline, Captivate). Il peut être amené à conduire des études d’intégration des technologies sur les diverses plateformes. Il assure une veille technologique et doit disposer d’outils d’évaluation sur la qualité du dispositif et sur le succès des opérations menées.

Selon la taille de l’entreprise et des équipes, il peut-être lui-même directeur ou responsable Formation, rattaché aux RH ou à la direction administrative, ou encore à une cellule Innovation ou nouvelles technologies, comme chef de projet.

Formation, niveau requis et aptitudes

Les formations requises sont Bac + 3 en ingénierie de formation ou en ressources humaines « appliquées » (Bac + 4 ou 5, ou Master Informatique, ou Sciences de l’éducation), complétées par une expérience en e-learning ou en multimédia ou développement numérique. La connaissance de plateformes comme Syfadis Learning est un réel atout. S’il a un profil chef de projet, il a des connaissances sur le streaming audio et vidéo, AICC, SCORM, XAPI… Il a des notions du développement Web (.net, Flash, …) ; et possède un très bon niveau d’anglais professionnel.

L’expérience requise est importante : certains recruteurs demandent plus de 3, voire 10 ans d’expériences diverses, dont le développement ou déploiement de solutions d’apprentissage en ligne, et le management d’équipes.

La rémunération varie selon la position hiérarchique et la taille de l’entreprise : la fourchette se situe entre 25 et 60 K€.

Ils l’ont dit 

Antoine Amiel, fondateur de la start-up LearnAssembly :

Le Digital Learning Manager est à la fois un chef de projet ultra-opérationnel et un responsable de la veille, de la prospective

Sylvain Delozanne, responsable pédagogique, SNCF :

Le numérique donne aux formateurs les outils permettant de suivre l’apprentissage et de personnaliser individuellement les parcours de formation

Chris Prince, Talent, Learning & Development Director, Citrix EMEA :

The main satisfaction is seeing your people develop their talents and become even more successful in what they do and the business

En chiffres

  • Le marché mondial de l’e-learning est estimé entre 83 et 107 milliards en 2015 et 2016, dont 1 à 2 % seulement pour la France. La croissance annuelle pour les 5 prochaines années est estimée à +9,2% (sources: E-learning Magazine, SilkRoad, Afinet.net).
  • 61 % des entreprises en France ne possèdent pas de solution digitale de formation en ligne. Et seulement 39 % en possèdent et, en moyenne, depuis un peu plus de 4 ans (source : 360Learning, France, 2015).
  • A l’horizon 2020, un tiers des entreprises françaises (contre 6 % en 2015) pensent recourir au e-learning pour plus de 50 % de leurs plans de formation (source :  Afinet.net, bilan 2015).
  • 44 % des entreprises utilisant l’e-learning forment moins de 25% de leurs salariés avec ce format (sources: SilkRoad, Afinet.net, France 2015/2016).

Pour aller plus loin

Vous souhaitez améliorer vos connaissances ?