école W

People

L’école W forme les nouveaux entrepreneurs du contenu – Julie Joly Directrice de l’école W

L’école W, la nouvelle école post-bac du CFJ ouvre ses portes cette année, en octobre 2016. Dans un monde de ruptures digitales où les métiers évoluent très vite, Julie Joly, la directrice du CFJ, nous a parlé de cette école qui forme aux contenus et à la création numérique. Elle souligne l’importance de renouveler les formats de formation offerts.


Julie Joly

La question 140 caractères 

Peux-tu nous faire le pitch de l’école W en 140 caractères ?

L’école W, c’est l’école des nouveaux entrepreneurs du contenu. C’est l’école du contenu et de la création numérique, tournée vers le projet et la polyvalence, axée sur la culture générale.

La question Inspirations

Comment est née l’idée de l’école W ?

De plusieurs constats. D’abord, l’école W veut répondre aux besoins des entreprises qui recherchent des jeunes, capables de créer des contenus. Au-delà des médias, de nombreux acteurs – dans le cinéma, l’éducation, la communication par exemple- ont besoin de raconter des histoires avec des formats et des outils différents. Ils peinent à trouver sur le marché les bons profils. Ensuite, le CFJ a développé une expertise dans la formation de journalistes polyvalents qui ont à la fois une culture générale, un esprit de synthèse et une bonne maîtrise des outils. Ces profils -que nous recrutons à bac + 3- sont ouverts, curieux sur le monde, dotés de savoirs être et de savoirs faire et sont difficiles à trouver. Avec W nous allons former des bacheliers à ce qui nous parait essentiel au CFJ et qui intéresse bien d’autre métiers.

La question Innovation

Dans un monde de ruptures digitales, en quoi l’école W se démarque-t-elle des autres écoles ?

Elle se démarque très clairement par plusieurs points : sa formation, son processus de sélection, et ses débouchés. La formation mêle culture générale, savoir être, savoir faire, dans un monde digital. Elle laisse la place à la créativité, qui encourage l’esprit d’équipe mais aussi l’autonomie, la responsabilité avec une vraie rigueur dans la pédagogie. La formation est centrée sur le questionnement (des sujets, du monde, de la technologie, des formats, etc.), ce qui constitue le cœur du métier de journaliste. Il leur permet d’être créatif et d’innover. Nous ne sélectionnons pas les candidats sur concours comme au CFJ,  ni sur leurs résultats scolaires. Ils peuvent venir de toutes les filières, mais le bac est requis. Nous évaluons leur curiosité et leur potentiel créatif. Nous nous chargeons ensuite de leur apporter un socle de culture générale.

La question Tendances

Des études démontrent que 65% des métiers exercés en 2030 n’existent pas encore. De quelle manière, l’école W peut répondre à ces défis. Quels sont les débouchés de W ?  

Dans le digital, les métiers évoluent très vite. Nous ne voulons pas être l’école d’un métier, ni même d’un secteur. W est l’école des compétences au pluriel. Elle forme à la culture générale, délivre un savoir, un savoir-faire et un savoir être. Pour créer des contenus innovants et toucher une audience, il faut des bases en histoire, en code, en économie, en gestion de projet. Il existe de nombreux débouchés dans les métiers de la communication, le marketing, le journalisme, l’éducation, le cinéma, la culture, etc. Nous ne formons pas des développeurs ou des profils techniques mais des jeunes qui exerceront au cours de leur carrière plusieurs métiers et qui seront capables d’évoluer dans leur vie professionnelle,  d’apprendre en permanence, de se nourrir de ce qui se passe autour d’eux, de gérer l’interculturel, de travailler avec des métiers différents, le plus tôt possible.

La question Cible

A qui s’adresse l’école W ? Quelles compétences sont nécessaires pour intégrer cette école ?

W est ouverte à des bacheliers curieux, issus par exemple de filières littéraires et s’intéressant aux innovations technologiques, à des technophiles qui ont un goût pour le récit, à des jeunes qui ne se retrouvent pas dans les formations universitaires classiques, qui veulent plus de challenges… Nous cherchons des gens qui aiment prendre des risques et qui ont conscience que pour avancer il faut travailler beaucoup et travailler sur soi aussi. Nous sommes convaincus que de nombreux jeunes ont envie de réussir, ont ce goût du partage, du récit, de l’expérience, ont tout simplement du talent. Nous le constatons en ce moment dans  les dossiers de candidatures que nous recevons. Il n’y a pas de limite d’âge pour intégrer l’école, mais les candidats qui ont plus de 25 ans seront accompagnés en troisième année autour d’un projet.

Le programme s’articule autour de trois années, très différentes. La première année constitue le socle avec des projets individuels, la deuxième année met l’accent sur des projets collectifs et la troisième année se focalise davantage sur des projets plus professionnels. Les candidats qui ont déjà des projets bien avancés peuvent intégrer directement la troisième année.

Nous ne sommes pas fermés. Nous ne nous interdisons pas de faire évoluer les formats des formations. W est l’école de l’agilité, nous sommes donc nous même agiles dans notre pédagogie et dans notre offre de formation.

La question Remember the future

Nous sommes le 10 octobre 2018, quel est le succès dont vous êtes le plus fier, la bonne nouvelle que vous souhaitez partager avec le monde entier ?

Les étudiants en deuxième année ont été capables de créer des projets individuels et collectifs qui ont de la valeur. Cette valeur est reconnue par les entreprises qui ont compris que les talents créatifs sont là, chez W. Nous sommes convaincus qu’au-delà des compétences techniques, elles recherchent de nouvelles personnalités, qui ont envie d’entreprendre et qui ont une culture au sens très large du terme.

 

Pour aller plus loin