FlashTweet, le plus petit média du monde en 1400 signes – Entretien avec Emmanuelle Leneuf

People

FlashTweet, le plus petit média du monde en 1400 signes – Entretien avec Emmanuelle Leneuf

Emmanuelle Leneuf est la fondatrice de #FlashTweet, le rendez-vous matinal entre 7h30 et 8h30 des infos essentielles du jour sur l’innovation et le numérique sur Twitter. Une information pertinente et interactive, en 10 tweets. Retour sur ce concept innovant et sans doute la nouvelle façon de consulter Twitter !

> La question 140 caractères

brfJbuIV_400x400 [776986]

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Grand reporter, spécialisée en économie et en Tech, je suis fondatrice du FlashTweet. Digital addict et fan de Twitter, en mode startuppeuse.

> La question solidaire

Tu as participé au lancement de #i4Emploi. Peux-tu nous raconter la genèse de cette initiative ?

Un jour de septembre en DM, le 26 exactement, avec une dizaine de Twittos membres de la communauté du FlashTweet. Nous avons été alertés par Alban Jarry sur l’appel au secours d’un élu, Jean-Pierre Audy, élu à Meymac, qui voulait sauver un site industriel pharmaceutique situé sur sa commune. On s’est dit qu’un RT n’allait pas suffire et à l’issue d’un brainstorming est née l’initiative #i4Emploi : sauver les 35 emplois de l’usine en mobilisant Twitter pour tenter de trouver un repreneur et en même temps, s’engager à retweeter les demandes d’emplois pour leur donner le maximum de visibilité, en mettant #i4Emploi dans sa bio.

> La question Innovation

Tu as créé une rencontre news pour les lève-tôt de la twittosphère : #FlashTweet, 10 actus numériques partagées tous les matins à 7h30. Penses-tu avoir créé un nouveau genre journalistique sur Twitter ?

Le FlashTweet est un journal digital Live sur la TransfoNum : l’actualité chaude est en première partie jusqu’à l’infographie, au milieu du journal, et l’actualité froide est en seconde partie avec les long read. Le MustRead clôt l’édition du jour avec un sujet de prospective ou un article de fond qui met l’actualité de l’innovation en perspective. C’est à la fois un nouveau format qui n’existait pas sur Twitter, et une nouvelle écriture journalistique avec le recours aux émoticônes, langage universel de l’émotion. Au final, j’ai donc créé un média, le plus petit média du monde en 1400 signes, avec une ligne éditoriale autour de la TransfoNum, un ton,- l’info sérieuse sans se prendre au sérieux-, et une audience générée par une communauté et très engagée.

> La question business

Comment prévois-tu l’évolution business de ce projet ?

Je ne prévois rien : je suis en mode test and learn comme beaucoup de start-up. J’explore plusieurs pistes et suis en train de construire un modèle économique pour rendre durable ce journal digital Live qui réunit une communauté de fidèles, à la manière des émissions de télé ou de radio. Au final, ce sera un mixte de sponsoring premium, que je suis en train de chercher, d’évènements avec un concept assez innovant par rapport à ce qu’on connaît déjà, et d’autres surprises à venir sur lesquelles je travaille.

> La question veille

Tes conseils pour structurer sa veille et rester organisé à l’heure de l’infobésité ?

Utiliser pocket : j’en suis fan pour présélectionner les articles qui seront dans le FlashTweet. En version mobile et sur ordinateur, cet outil est génial car il permet de mettre des labels pour retrouver facilement ses articles.

Et sinon pour répondre à la problématique bien réelle de l’infobésité : lire le FlashTweet tous les matins pour avoir les dix infos essentielles sur l’innovation et le numérique :-). Un bon moyen de rester organisé !

> La question qui fâche

Presse écrite, tv, radio… : les journalistes sont-ils passés à côté de leur transformation digitale ?

Les journalistes n’ont pas un rapport simple au numérique : on est encore trop souvent dans le « Je t’aime moi non plus » entre ceux qui en sont encore au web 1.0 et ceux dans le déni. Une minorité a pris le virage du web 2.0 et utilise le web social dans le cadre de son métier, alors qu’il est une source formidable d’opportunités et un vecteur phénoménal pour trouver des infos, et pas seulement celles qui sont publiques. Mais plus que les journalistes, je pense que ce sont les groupes de presse TV, écrite, radio qui ont raté leur transformation digitale, souvent en l’absence d’une stratégie à long terme. Ils n’ont pas anticipé les effets de la révolution numérique, pas assez innové, se contentant trop souvent de faire un copier-coller du print sur le web. Et surtout, ils n’ont pas mis le numérique au cœur de leurs réflexions.

> La question coup de cœur

Une appli, une startup, une belle rencontre dans l’écosystème digital que tu souhaites partager ?

Une belle rencontre dans l’écosystème digital : c’est trop dur de choisir ! Depuis que j’ai lancé le FlashTweet, je n’ai fait que des belles rencontres, à commencer par cette communauté incroyablement riche et engagée, qui s’est fédérée spontanément autour de cette matinale digitale et qui a joué les prescripteurs pour faire venir du monde, en en faisant le rendez-vous incontournable sur Twitter. Un rendez-vous d’information, qui est lui même activateur de rencontres IRL, et surtout de belles rencontres aux dires de tous. Je pourrais parler pendant des heures des Twittos qui m’ont proposé, et continuent à le faire, leur aide à un moment ou un autre de l’aventure. Je préfère mettre un coup de projecteur sur une startup montée par 3 jeunes de l’EMLyon et qui s’appelle Meandle. Un nouveau réseau social ludique et pop culture, sur lequel les réponses aux questions des utilisateurs se font uniquement en média (vidéos, images, gif, musiques…). Leur conviction : les internautes doivent être au centre de la sélection et de la hiérarchisation des contenus sur Internet. À découvrir sur Twitter et Facebook.

Pour aller plus loin

Articles connexes