Tendances & Actualités

HappyTech : ces start-ups qui veulent votre bien

Une nouvelle vague française de startups dédiées au bien-être au travail promet de rendre heureux les salariés et d’améliorer la productivité.

Les Happytech : qu’est-ce que c’est ?

On connaissait les FinTech, les EdTech, les BioTech ou autres InsurTech, il faut maintenant compter sur les HappyTech ! Cette pépinière d’entreprises françaises s’intéresse à un secteur délaissé par les autres “tech” : le bien-être au travail. C’est pourtant un enjeu majeur, tant pour l’employé que pour son employeur : le mal-être au bureau peut engendrer des dépressions et des burn-outs et entamer sérieusement la productivité de l’entreprise… Près de 3,2 millions d’actifs seraient en situation de travail excessif en France, avec un risque élevé de développer un burn-out.

On estime le coût du mal-être en entreprise à 12 600 euros par salarié et par an. Les startup du bien-être cherchent des moyens de faire diminuer le stress et plus largement la souffrance au travail, en espérant ainsi faire baisser l’absentéisme. Un salarié heureux, c’est aussi un salarié plus créatif. Instaurer le bien-être au travail au sein d’une entreprise de 500 salariés lui permettrait d’économiser près d’un million d’euros par an, selon une étude publiée par la startup fondatrice du collectif Comeet.

La France pourrait devenir leader du bien-être au travail

Exemple d’un succès de la HappyTech : ZestMeUp. La startup propose de ne « pas attendre les entretiens annuels et de passer au cercle vertueux du Feedback Permanent ». Zest est une application web et mobile qui permet aux managers de recueillir en temps réel l’état d’esprit de leurs employés avec des fonctionnalités telles que l’humeur, les feedbacks, la boîte à idées ou l’entraide. Preuve que les HappyTech ont le vent en poupe : la startup a levé 800 000 euros en décembre dernier.
Le collectif HappyTech comprend aussi les start-ups Comeet, Workwell, BoostYourFit, Hu.Di, MonMartin ou encore Cocoom. Samuel Metias, fondateur du collectif, assure avoir le soutien d’Emmanuel Macron: « Quand on en a parlé au président Macron et à la ministre du Travail on a vu que l’appétence était là, on a une vingtaine de startup qui candidatent tous les jours. Le président a complètement adhéré à l’idée de faire de la France le leader du bien-être.»

Innovez en mode startup !