People

Les compétences que les collaborateurs souhaitent développer à l’ère digitale – Ludivine Trannois, Digital Learning Manager

A l’ère digitale le secteur du learning n’échappe pas à la vague du numérique. Et dans un contexte de transformation digitale, les organisations s’appuient sur un nouveau profil rare : le Digital Learning Manager. Nous avons échangé avec Ludivine Trannois, Digital Learning Manager depuis plus de six ans, sur les enjeux du développement du digital et de l’innovation au sein des parcours de formations.

La question concrète

Quels sont les missions, défis et enjeux du Digital Learning Manager ?

Le Digital Learning Manager a différentes missions, c’est un poste complet, qui nécessite des connaissances et compétences diverses. Son rôle est transversal : le principal enjeu est de promouvoir les nouvelles méthodes pédagogiques, d’expliquer le changement sur les façons de se former. Il a aussi un gros travail de veille pédagogique, essentiel pour pouvoir proposer des solutions innovantes qui correspondent aux attentes. Il a également un rôle de conseil vis à vis des autres chefs de projet et de formation : en termes des méthodes pédagogiques, outils, de façon de former, il est force de proposition pour créer un parcours efficace. Le Digital Learning Manager travaille aussi sur la partie technique : avec la DSI, le support informatique, il s’assure du bon déroulement technique des formations. Il gère également le LMS, son évolution et son développement. Il a donc une vision globale et stratégique de la formation, ce qui lui permet d’écrire la stratégie de formation de l’entreprise.

C’est pour cela que le Digital Learning Manager doit être consulté pour tout nouveau projet de formation dans l’entreprise.

La question prospective

A l’ère digitale quelle est votre vision pour le learning ?

D’après moi pour réussir l’acculturation au digital des collaborateurs, il n’y a rien de mieux que le présentiel, car c’est ce dont ils ont l’habitude. L’enjeu est alors de distiller du digital dans ces formations présentielles, d’habituer les collaborateurs à utiliser des outils digitaux : smartphones, tablettes… Ce qui leur donnera l’appétence d’aller vers d’autre solutions.

Il est aussi essentiel de plonger les collaborateurs en immersion dans un univers différent de leur quotidien, leur proposer une pédagogie innovante.

Ma vision pour le learning est composée d’une multitude de solutions. C’est aux Digital Learning Managers de proposer un panel de formation aux collaborateurs, et aux collaborateurs de se prendre en main et de choisir, comment il veut se former et à quoi.

Il est aussi important de décloisonner l’apprentissage sur des thématiques personnelles et professionnelles. Une personne peut avoir une appétence particulière, qui, peut-être, un jour lui servira dans son quotidien professionnel.

La question des indispensables

Quelles sont les compétences que les personnes souhaitent le plus développer  ?

L’acculturation au digital : les collaborateurs ressentent un fort besoin de comprendre ce que le monde du digital va apporter demain. L’acculturation est nécessaire car les collaborateurs utilisent, par exemple, leurs smartphones à des fins personnels et en ont compris les usages et leur intérêts dans leur vie personnelle, mais au niveau professionnel ce n’est pas le cas. L’entreprise doit donc les accompagner pour leur expliquer comment le digital va transformer l’entreprise et ce qu’il va apporter.

La conduite du changement, pour les managers : essentielle pour embarquer leur équipe dans la transformation digitale. Bien souvent les managers se sentent démunis, ils ne savent pas comment amener les équipes vers les évolutions du web. Or savoir conduire ces changements est essentiel pour réussir la transformation digitale de l’entreprise.

La question anticipation

Les tendances fortes qui prendront le lead sur le futur du learning ?

L’individualisation, c’est-à-dire l’autonomie des collaborateurs dans le choix de leur formation.

L’instantanéité, à l’ère numérique, les formations sont devenues du consommable, du jetable. Elles deviennent vite obsolètes en termes de contenu et de format. La formation doit donc se renouveler en permanence.

La question tout numérique

Pourquoi le digital est-il privilégié au sein des formations par les entreprises ?

Il y a plusieurs cas. Aujourd’hui si les entreprises proposent à leurs collaborateurs des formations digitales à distance c’est essentiellement pour des problématiques de réduction de coût, de zone géographique éloignée et pour toucher plus de collaborateurs.

Dans le cas du digital en formation présentielle, c’est-à-dire en incluant des outils digitaux au sein de la formation, le digital apporte un plus à la formation et aux collaborateurs en leur permettant de découvrir d’autres modes d’apprentissage, souvent ludiques. Il permet de développer l’interactivité et de suivre les tendances pédagogiques.

La question bons conseils

Les adjectifs qui définissent une expérience apprenante réussite ?

Courte, prenante, interactive : avec beaucoup de mise en pratique et peu de théorie, ludique et immersive.

Il faut absolument que le collaborateur puisse relier la formation à son univers quotidien !

Hackez votre plan de formation :