Tendances & Actualités

Mastodon, le nouveau réseau social qui bouscule Twitter

Un réseau social décentralisé et sans pub, vous en rêviez ? Mastodon l’a fait. Ce projet open source rencontre de nombreux adeptes depuis quelques mois. Retour sur les nouveautés d’une plateforme qui pourrait bien créer une alternative à Twitter !

Mastodon, le simple double de Twitter  ?

Créé à l’automne 2016 par Eugen Rochko, un développeur allemand de 24 ans, Mastodon est un projet open-source, souvent présenté comme une alternative à Twitter. L’interface de Mastodon partage en effet plus d’un point commun avec la célèbre plateforme qui permet de programmer des tweets, Tweetdeck. Les utilisateurs peuvent effectuer des recherches par le nom d’utilisateur ou le mot clé via un système de timelines. Ils peuvent y poster des messages courts, limités à 500 caractères et appelés “pouets” en Français. Comme sur Twitter, il est possible d’ajouter des emojis, des photos ou des vidéos. Des points communs qui justifient les nombreuses comparaisons avec Twitter.

Un système libre et décentralisé

Mais, bien au-delà de la forme, Mastodon semble avant tout renouer avec l’esprit originel d’ouverture et de partage de Twitter en offrant une grande liberté aux internautes. À titre d’exemple, chaque utilisateur peut paramétrer la visibilité de ses messages. À la différence des plateformes commerciales comme Facebook, le réseau de microblogging n’exploite pas les données de ses utilisateurs. Autre différence de taille, aucun algorithme ni équipe dédiée à la curation ne gère la visibilité des messages !

Mastodon se distingue aussi largement de Twitter, sur le plan de l’accessibilité et du fonctionnement. Le réseau social est composé d’instances, accessibles via des points d’entrée vers le réseau. Tout le monde peut héberger son propre Mastodon et discuter avec les membres du réseau social. Chaque instance a ses règles et peut choisir de communiquer avec les autres utilisateurs. En d’autres termes, aucun acteur tiers ne peut contrôler les instances, si ce n’est les utilisateurs eux-mêmes ! Concrètement, il s’agit de fédérations indépendantes les unes des autres mais qui peuvent communiquer entre elles, à moins qu’un administrateur en décide autrement.

Un réseau social appelé à perdurer ?

Reste à savoir ce que va devenir Mastodon, une fois passée la première phase d’engouement. Créé en octobre 2016, le réseau social a connu une véritable hausse du nombre d’inscriptions au mois de mars: 40 000 personnes se sont inscrites en l’espace de quelques jours seulement! Peu à peu, des comptes officiels de médias et de communautés ont commencé à investir les lieux,des  défenseurs des droits d’animaux aux passionnés de Minecraft etc.

Malgré ce succès massif, le réseau social déroute certains internautes. Parmi les déçus, certains regrettent le manque de vulgarisation pour les nouveaux membres et la dimension parfois trop “geek” du réseau social.

Dernière limite, certaines instances n’accepteraient plus les nouveaux membres, étant submergées par les demandes d’inscription. On vous laisse tester par vous-même !

Ils l’ont dit

Eugen Rochko, fondateur de Mastodon

Je crois que le vrai déclic s’est fait lorsque Twitter a mis en place le nouvel affichage des réponses, sans l’aval de sa communauté. Twitter ne comprend pas vraiment son propre réseau. Alors quand le bouche-à-oreille a commencé à parler de l’existence d’une alternative viable, fondée sur un design plus éthique, les gens ont profité de l’occasion.

L’informaticienne Alda

C’est là que se trouve toute la beauté du truc : les personnes inscrites sur n’importe laquelle de ces instances peut discuter avec les personnes inscrites sur les deux autres de manière transparente. Et tout le monde est libre d’en créer de nouvelles et de les connecter ou non avec les autres

Investir les réseaux sociaux