motion designer

Métiers du digital

Motion designer, créatif et technicien au service des contenus animés

Pouvant travailler en agence, en studio de production, en free-lance ou pour un grand compte, le motion designer conçoit et exécute des contenus 2D ou 3D, animés (vidéos, films…) pour des supports numériques, fixes ou mobiles.

Positionné dans la post-production, le Motion Designer est souvent associé, en termes de compétences, à un monteur graphiste. Mais son domaine d’activité  recouvre un champ plus large comme la création 2D et 3D, le compositing ou encore l’animation graphique. Son expertise combine, en effet, des savoirs issus de la création graphique et de l’animation vidéo.

Ce spécialiste de l’infographie animée maîtrise à la fois le graphisme, la vidéo, les solutions 3D  et le montage classique. À l’origine, il jouit de dispositions artistiques, ce qui signifie à la fois de la créativité et une bonne connaissance de logiciels, comme ceux de la suite Adobe, Combustion, Nuke, Smoke… ou encore, pour la 3D, Cinema4D, Blender, Autodesk 3D Studio Max, ou encore Maya.

Comme en studio de production

Toutes ces techniques vont permettre de concevoir et réaliser des messages animés, publicitaires ou non, comme peuvent les fournir des studios de production.

Le Motion Designer est donc ce professionnel de l’image numérique qui est à la fois technicien et artiste : grâce à ces deux aptitudes, il peut concevoir et animer tous types de conception graphique en mélangeant diverses sources, telles que des objets en 2D et 3D,  de la vidéo, des effets spéciaux, du son, de la  typographie, etc.

Le but sera, par exemple, de concevoir des clips interactifs, des visuels de campagnes de promotion, sous une forme ludique, ou des animations vidéos pour des contenus de formation ou la présentation d’un produit ou d’un service, en mettant en avant les atouts. Les contenus ciblent le web, les programmes TV mais aussi de plus en plus, les smartphones et les tablettes.

Aptitudes techniques et artistiques

Le Motion Designer peut travailler pour une agence de communication digitale (salarié ou freelance), en interaction directe avec les directeurs de clientèle de l’agence. Il participe à la réflexion sur les appels d’offre et à la conception de projets digitaux variés.

Il doit donc apporter des idées originales et pertinentes. Il a un bon coup de crayod : il sait, pour initier des moodboards, rédiger et concevoir des séquences d’animation en collaboration avec des directeurs artistiques ; il dessine et crée des motion graphics amusants, didactiques afin d’illustrer des messages, typiquement à partir de story boards.  

On lui demande souvent de créer des chartes d’animation (principes graphiques, principes d’animation, jingles sonores, etc.). Il supervise aussi la qualité artistique et technique des productions et, avec l’expérience, peut assurer la coordination technique des prestataires externes.

Enthousiaste de tempérament, il est capable de jongler avec plusieurs projets à la fois. C’est un créatif, passionné, efficace dans le travail en équipe, qui a une grande capacité d’écoute, un excellent relationnel, et une grande autonomie.

Formation polyvalente

Un Motion Designer doit posséder un bagage technique et artistique : il est souvent issu d’une école d’art graphique, de design ou autre école spécialisée (Bac+4 ou Bac +5).

Il peut, aussi bien, être un infographiste autodidacte, qui a complété sa formation par des sessions spécialisées, par exemple chez Pyramyd, tout en multipliant les expériences dans la post-production.

De telles formations peuvent permettre, au-delà de l’apprentissage des principaux logiciels, de développer son sens créatif et artistique, et lui apprendre à analyser un cahier des charges et à gérer des projets professionnels, de la pré-production à la post-production.

Il existe également des cours online sur média interactif – dont des contenus du type MOOC, ou tutoriels avec exercices d’entraînement, etc.

Rémunération et expérience

Après 2 à 5 ans d’expérience, le Motion Designer peut obtenir un salaire s’échelonnant entre 30 et 45 000 euros par an–mais certains dépassent les 60 000 euros. Freelance ou salarié, il est souvent intégré à une équipe de créatifs composée d’un directeur de production, de chefs de projets et de développeurs Web. Il peut s’agir d’une agence de communication digitale ou d’un studio de création, d’une société de production audiovisuelle (broadcast), d’une chaîne TV.

 Ils l’ont dit

Francis Bièvre, fondateur de Blue Dot : 
« Le Motion Design, c’est l’art du mouvement. Et le mouvement doit être fluide, sembler naturel. Un mouvement sans lissage de vitesse, ou « easing », c’est un mouvement sans personnalité. Il ne vit pas. »

Markus Ekert, expert du Motion Design :
« On oublie souvent le plus important le volet Design, dans Motion Graphic Design. C’est le point essentiel pour atteindre un bon niveau. Il faut avant tout privilégier le développement de sa fibre artistique ».

En chiffre

  • 1 minute de vidéo équivaut à 1,8 million de mots
  • En moyenne, un visiteur reste 2 minutes de plus sur un site s’il est « happé » une vidéo
  • En 2017, la vidéo représentera 90 % du trafic sur Internet
  • 87 % des marketeurs en ligne utilisent des vidéos
  • La vidéo apporte 46 % de plus en taux de conversion sur le web

Source : Forward Motion Graphics

Pour aller plus loin

Nos formations