Tendances & Actualités

Numérique : vers une quatrième révolution industrielle ?

Intelligence artificielle, impression 3D, réalité virtuelle… ces innovations technologiques, intégrées aux processus de production des entreprises, bouleversent les chaînes de valeur, si bien que certains parlent déjà de quatrième révolution industrielle.

Pourquoi parler d’une quatrième révolution industrielle ?

Également appelée industrie 4.0, la quatrième révolution industrielle fait référence au processus permettant d’accroître la compétitivité des entreprises en intégrant des appareils connectés au sein de l’industrie. En s’appuyant sur l’Internet des Objets, les entreprises ont l’opportunité de produire davantage tout en réduisant le risque d’erreur.

Contrairement aux précédentes révolutions industrielles, celle-ci se caractérise par une croissance exponentielle, portée par l’émergence de technologies novatrices telles que l’intelligence artificielle, l’impression 3D, la robotique ou encore le stockage de l’énergie ou la capacité à traiter des volumes massifs de données.

Pour Klaus Schwab, auteur de l’ouvrage La quatrième révolution industrielle et fondateur du World Economics Forum, la quatrième révolution industrielle marque la fusion entre la frontière physique et numérique. Plus précisément, c’est l’interaction entre les différentes technologies (intelligence artificielle, blockchain, machines) qui se trouve au coeur même de la révolution industrielle.  

De l’industrie traditionnelle à l’usine du futur

L’usine du futur est l’un des emblèmes phares de la quatrième révolution industrielle. Si l’industrie du XXe siècle se caractérise par une production automatisée, l’usine du futur va marquer la fusion entre les objets connectés et les usines. Les éléments de production, les produits, les machines pourront ainsi communiquer entre eux et échanger des informations. L’objectif pour les industriels, selon Vinci Energies : augmenter leur productivité, disposer d’une traçabilité fixée qui permet de suivre le processus de fabrication du produit et optimiser l’efficacité énergétique des usines. L’utilisation des nouvelles technologies permet de travailler sur la conception et le process de fabrication, ce qui facilite la prise de décisions en temps réel et l’anticipation des stocks selon le site de Sentryo.

Les entreprises seront appelées à recourir à la réalité virtuelle, qui constitue un excellent outil pour simuler les processus et permettre aux industriels d’anticiper de nombreux éléments stratégiques, de la conception des pièces à la conception des postes de travail. À titre d’exemple, Safran a conçu une salle de réalité virtuelle pour simuler de nouvelles lignes d’assemblage, de la conception des nacelles à la maintenance. L’occasion pour les ingénieurs de visualiser la taille réelle des pièces et de tester l’ergonomie. La révolution industrielle vise donc à transformer en profondeur les modes de production.

La révolution industrielle va bouleverser le travail

La quatrième révolution industrielle va transformer la plupart des secteurs d’activité et le monde du travail, nécessitant l’acquisition de nouvelles compétences et qualifications. Les emplois les moins qualifiés risquent de disparaître, à l’inverse des détenteurs du capital technologique et financier qui seront favorisés.

La révolution industrielle va toutefois favoriser les tâches à forte valeur ajoutée et une réorganisation complète du monde du travail. Elle devrait également créer de nouveaux emplois et consolider certains métiers à l’instar des développeurs spécialistes d’intelligence artificielle ou des Product Owners Managers dont la mission sera gérer au mieux ces mutations industrielles. Dans un contexte où les cyberattaques risquent d’être de plus en plus fréquentes, les experts de cybersécurité seront également très demandés.

Vers un nouveau mode de gouvernance

Selon Klaus Schwab, la technologie n’est pas une fin en soi ni une force toute puissante qu’il serait impossible de contrôler. La révolution industrielle appelle un nouveau mode de régulation et de gouvernance, ce qui implique une véritable responsabilité de la part des politiques. Face à la rapidité des changements annoncés, les gouvernements pourront subsister s’ils parviennent à mettre en oeuvre de nouvelles formes de collaboration avec les entreprises et la société afin de les préparer aux multiples défis générés par la révolution industrielle, de la question de l’emploi aux enjeux de la cybersécurité.

 

Ils l’ont dit

« Nous sommes au coeur d’une immense révolution. Dans quelques années à peine, nous vivrons différemment. Pourquoi ? Parce qu’au-delà de la robotique et de l’intelligence artificielle, l’Internet des objets bouleverse nos vies. »

Klaus Schwab, président du forum économique mondial

 

« Grâce à la fabrication numérique, un processus manuel, lent et exigeant en termes de ressources peut s’adapter à la réalité du XXIème siècle. »

Patrick Michel, VP DELMIA User Experience & Marketing chez Dassault Systèmes