product owner

Métiers du digital

Product owner, le chef de projet de l’entreprise agile

Au sein de l’organisation Scrum, le Product Owner (PO) est l’ambassadeur des clients et des utilisateurs auprès de l’équipe de développement.

Les entreprises mutent. Et les métiers avec. Le basculement d’un certain nombre de compagnies vers des organisations agiles, et plus particulièrement la méthode Scrum, challenge les métiers traditionnels du digital.

Ainsi le chef de projet se trouve fort dépourvu quand l’agile est venu. Dans une organisation Scrum, il n’y a pas de chef de projet. Ses prérogatives — techniques, fonctionnelles et organisationnelles — sont éclatées en plusieurs métiers différents.

Le Scrum Master manage le projet tandis que le Product Owner est au plus près des besoins des utilisateurs. Quant à l’aspect technique, il est laissé strictement à l’équipe de développement. La philosophie de Scrum (littéralement la “mêlée”) est que tout le monde est responsable de l’avancement du projet. Exactement comme dans une mêlée au rugby.

Au sein de cette organisation Scrum, le Product Owner (PO) est l’ambassadeur des clients et des utilisateurs auprès de l’équipe de développement. Le PO est avant tout un communicant qui synthétise et traduit les besoins des utilisateurs, les restitue aux développeurs et encourage et motive les équipes. Placé au centre de l’organisation et travaillant en étoile, il n’est rattaché à aucun service mais communique avec tous. Le PO pourra prendre en charge le déploiement d’un site ou de nouvelles fonctionnalités d’un site, aussi bien que le développement d’un logiciel d’entreprise. Il est souvent issu du marketing et peut être vu comme une version modernisée du “project manager”.

Le PO règne en maître sur le “backlog”, document de travail essentiel de la méthode Scrum. Le backlog liste toutes les fonctionnalités du produit à livrer et toutes les étapes de travail nécessaires à sa réalisation. Le Product Owner définit les priorités et c’est lui seul qui décide de l’ordre de réalisation, avec une attention particulière portée sur le ROI (retour sur investissement). La méthode Scrum est fondée sur une itération permanente et le PO est chargé d’ajuster constamment le backlog en fonction des retours du client. Il agit ainsi comme un maître du temps, au bénéfice unique du client, capable de changer de pied très rapidement, si la demande a changé ou si la demande initiale avait été mal comprise.

Sur le papier, le Product owner a donc un rôle très important. Mais dans les faits, les mouvements du PO sont parfois entravés par une hiérarchie qui ne lui laisse pas beaucoup d’autonomie. C’est une erreur de vision : le PO doit être libre de ses mouvements, capable de prendre des décisions rapides et tranchantes.

Formations, niveau requis et salaires

À l’interface de plusieurs métiers, le Product Owner peut avoir une formation en informatique, en management ou en marketing. Il est nécessaire d’avoir été formé à la méthode Scrum. Afin de maîtriser toutes les subtilités du poste, il faut normalement 2 et 3 ans d’expérience, mais des profils juniors existent aussi.

La transformation numérique des entreprises dope le marché des PO, où la demande en profils qualifiés est forte. Product Owner arrive ainsi en tête du classement du cabinet Robert Half Technologie des métiers du digital les mieux payés à la sortie des études, avec 39 000€ par an. Avec 2 à 5 ans d’expérience, le PO peut espérer gagner entre 45 et 60 K€.

Ils l’ont dit

Jeff Sutherland, co-créateur de la méthode Scrum :

« Le meilleur Product Owner du monde c’est Steve Jobs »

Thomas Scannagatti, consultant chez SOAT :

“Un PO sans libre-arbitre et soumis à toutes les décisions de sa hiérarchie ou d’une autre équipe perd tout son intérêt.”

Vous souhaitez développer vos connaissances ?