Avec Pulpix, faites sortir vos vidéos du lot

People

Avec Pulpix, faites sortir vos vidéos du lot

L’équipe d’ABILWAYS DIGITAL a rencontré Sabry Otmani, co-fondateur de Pulpix pour discuter des vidéos interactives.

Logo_Pulpix_Large

Que fait Pulpix, en quelques mots?

Pulpix est un outil éditorial qui permet d’enrichir vos vidéos avec des contenus interactifs et ainsi de booster l’engagement de votre audience. Pulpix propose une offre en SaaS pour les clients souhaitant enrichir un catalogue important de vidéos, ainsi qu’une offre sur-mesure destinée aux entreprises qui souhaitent organiser une campagne vidéo ou des projets courte durée.

Pulpix-PacoRabanne

Que constatez-vous aujourd’hui sur le marché de la vidéo ?

Le marché de la vidéo connaît un véritable essor depuis 2014. Youtube enregistre une audience de plus d’un milliard d’internautes, plus de 120 heures de vidéos sont uploadées sur la plate-forme. Les usages sont en forte croissance, notamment chez les jeunes : 40% des 18-24 ans consomment en moyenne 10 vidéos en ligne par semaine.

Ce n’est donc pas un hasard si la vidéo est devenu le canal privilégié en terme de communication pour les entreprises, tous secteurs confondus (Annonceurs, Editeurs, E-commerçants et Instituts de formation).

Néanmoins, les enjeux pour ces producteurs de vidéos sont les mêmes : comment engager l’audience ? comment mesurer les interactions avec le contenu ? Les nouvelles formes d’inter-activité vidéo sont une véritable opportunité pour ces entreprises, et c’est pourquoi nous avons créé Pulpix.

Quels sont les principaux usages de la vidéo interactive ? 

La vidéo interactive offre un large éventail de possibilités en terme d’usage et d’expérience. On peut distinguer deux types de vidéos interactives sur le marché : les vidéos éditoriales et les vidéos commerciales.

Les vidéos à vocation d’information comme celles produites par les journaux en ligne et les médias dits pure players présentes de nouveaux formats d’écriture : au cours d’un reportage, l’internaute peut actionner des ressources complémentaires pour approfondir le sujet : interviews, graphiques, photographies, articles complémentaires, data visualisation. Le Wall Street Journal a une légère avance dans le domaine, et propose d’ores et déjà une vidéo interactive quotidienne. Les résultats sont impressionnants : 22% des personnes ont interagi avec les contenus in-video, et les clicks étaient pour la majorité monétisés via de la publicité. C’est non seulement une nouvelle forme de consommation de l’information par l’audience, plus contextuelle, immersive et engageante, mais aussi une opportunité pour les éditeurs de capter des revenus supplémentaires.

Dans le même, temps, la frontière entre vidéo commerciale et éditoriale s’efface peu à peu. Il y a une grande tendance chez les marques à emprunter les codes des créateurs de contenu original. C’est ce que l’on appelle le brand content, et qui se manifeste essentiellement par la production de films à vocation divertissante et ludique. Dans ce cadre là, la vidéo interactive est utilisée pour engager l’internaute dans une conversation avec la marque : le cours de la vidéo évolue selon la volonté du vidéonaute qui actionne les call-to-action qui lui sont proposés et accède à des contenus dit « utiles » ou « gamifiés ». Nous avons par exemple collaboré dernièrement avec Paco Rabanne pour enrichir le clip de la première signature de leur label Black XS Records ( nldr Guy Ivory, artiste du label dérivé du parfum Black XS) : l’internaute a eu la possibilité de connaître la biographie de l’artiste, les valeurs du label, et de participer à un jeu concours pour gagner des places pour le concert. Le taux de clicks ont clairement dépassé nos espérances avec près de 49% d’interaction et 23% de conversion.

Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ? 

Nous souhaitons devenir une valeur sûre dans le domaine de la vidéo interactive, continuer à explorer toutes ses formes d’engagement dans les vidéos de manière agile et imposer peu à peu nos formats sur ce marché en pleine croissance. Notre équipe est complémentaires et passionnées, toujours d’attaque face à ce challenge. Jusqu’à présent nous avons eu de nombreuses opportunités de le prouver, et nous ferons le maximum pour continuer dans ce sens. Mais, nous gardons en tête que la concurrence est internationale et que pour gagner la course, il faut penser global : notre prochain défi est donc naturellement d’internationaliser notre offre et notre clientèle.

Pour vous transformation digitale et travail d’équipe ça donne quoi?

Une startup est le meilleur moyen d’expérimenter le micro-management et les méthodes agiles : de nombreux outils sont à notre disposition pour collaborer, même à distance, et d’avancer dans nos tâches respectives et de remonter les feedbacks de nos utilisateurs. Souvent la discussion sur une nouvelle fonctionnalité démarre autour d’un croquis, se continue sur un document partagé dans le cloud, et se termine en skype le weekend, parfois-même avec l’implication directe des clients. C’est une nouvelle forme d’organisation qui implique beaucoup de flexibilité de la part des équipes et d’itération sur le produit, dont les grandes entreprises, selon moi, devraient s’inspirer et tirer profit.

L’équipe Pulpix a accepté de partager avec nous ses applications indispensables du moment :

Retrouvez Pulpix sur Facebook et Twitter

Articles connexes