Tendances & Actualités

Que faut-il retenir du rapport Villani sur l’intelligence artificielle ?

Développer l’accès aux données, tout miser sur 4 secteurs de l’économie, mieux payer les jeunes chercheurs : le rapport de Cédric Villani ne manque pas d’ambition.

Quatre secteurs prioritaires

C’est un rapport très attendu qu’a remis Cédric Villani au Premier ministre Edouard Philippe. Le député-mathématicien, chargé de rédiger une feuille de route sur l’intelligence artificielle, a rendu un gros pavé de de 240 pages (accessible en PDF), rempli à ras bord de préconisations. Cédric Villani recommande d’éviter les logiques de saupoudrage et a identifié quatre secteurs prioritaires dans lesquels la France doit investir fortement en matière d’AI : la santé, le transport, la défense et l’environnement.

L’IA au service de l’environnement

Cédric Villani préconise de faire de la France un leader en matière d’IA dans le secteur de l’environnement. Les perspectives seraient importantes dans ce secteur : «L’IA va nous permettre de comprendre la dynamique et l’évolution des écosystèmes en se basant sur la réalité de leur complexité biologique, d’optimiser la gestion de nos ressources, notamment énergétiques, de préserver notre environnement et d’encourager la biodiversité.»

Le mathématicien veut aussi “verdir” l’intelligence artificielle en la rendant moins énergivore et en aidant à la transition écologique de l’industrie du cloud européen. C’est la principale caractéristique de ce rapport : mettre en avant une vision d’une intelligence artificielle éthique et responsable.

Donner l’accès aux données

Pour le mathématicien, le pilier d’une politique ambitieuse dans l’intelligence artificielle doit être l’accès aux données. Il appelle à la «constitution de larges corpus de données» grâce à «une politique de la donnée offensive qui vise à favoriser son accès, son partage et sa circulation». C’est bien sûr au service public d’ouvrir davantage ses datas mais pas seulement. Le privé doit aussi être mis à contribution : «Dans certains cas, la puissance publique pourrait imposer l’ouverture s’agissant de certaines données d’intérêt général».

Augmenter les salaires des chercheurs

Cédric Villani insiste également avec force sur le développement de la recherche en intelligence artificielle. Connaissant singulièrement le problème, le mathématicien trace un bilan contrasté de la situation française : «la recherche française est au premier plan mondial pour ce qui concerne ses chercheurs en mathématiques et en intelligence artificielle, mais elle a du mal à transformer ses avancées scientifiques en applications industrielles et économiques. Elle pâtit d’une «fuite des cerveaux» vers les géants américains». Pour tenter de concurrencer les GAFAs, le député En Marche propose un doublement des salaires en début de carrière et une multiplication des bourses.

 

Un rapport qui ne manque clairement pas d’ambition mais qui fait l’impasse sur une donnée essentielle, comme l’ont relevé de nombreux commentateurs : la question des moyens. Un rapport de plus enterré par Bercy ?

Retrouvez tous nos articles sur l’intelligence artificielle