Soldes et e-commerce

Tendances & Actualités

Soldes sur Internet : quelles tendances ?

Lancés en grande pompe la semaine dernière, les soldes s’activent également sur Internet. Alors que ni le nombre de visites sur les sites de ventes en ligne, ni le montant du panier moyen augmentent en cette période, le trafic global continue de croître. Un point sur les tendances.

Lancés jusqu’au 16 février, le phénomène des soldes semble être arrivé à un seuil, même sur Internet, où se bousculent, en France, 180 000 boutiques en ligne. L’engouement est toujours là mais, selon la Fevad, le nombre d’internautes profitant des soldes sur Internet pourrait être en léger retrait cette année, par rapport à 2015 (68 % d’entre eux contre 69 %). Cela représente tout de même 25 millions de consommateurs.

Une autre étude estime que 59 % des Français seraient séduits par les soldes sur Internet, et 46 % auraient déjà prévu de faire leurs emplettes sur le web. Ils sont 54 % chez les consommateurs âgés de 18 à 34 ans.

On devrait, en outre, enregistrer une progression du trafic et du nombre de visites. Selon un baromètre Content Square, le nombre de visites sur les sites de soldes en 2015 était déjà en hausse de 26 % par rapport à 2014, dès les 3 premières semaines de soldes. Le jour d’ouverture reste celui du pic de fréquentation (+ 97% de trafic en 2015).

Les soldes sur Internet

Soldes : le montant du panier moyen en baisse

La Fevad s’attend à une légère baisse du panier moyen des achats via Internet pour ces soldes de janvier : 184 euros, contre 188 euros en 2015 et 207 euros en 2014. Le nombre de cyber-clients devrait également diminuer légèrement.

Cette baisse, estime la Fevad, serait due à une baisse de consommation des Français inactifs. Pour UFC-Que Choisir, les acteurs de la vente en ligne abusent de la pratique des prix barrés ; les consommateurs s’en lassent et n’y croient plus.

L’arrivée en France du Black Friday à la fin novembre (sur week-end rallongé) est vue également comme une concurrence aux soldes.

Des méga-remises pendant les soldes…

Pour relancer la machine, certains e-commerçants n’hésitent pas à brader. Ainsi, certains sites affichent des remises atteignant -60 à -70%, voire – 95%, à coup de remises supplémentaires de -10% ou -20% sur certains jours (ce qui est autorisé).

Et 58 % des e-acheteurs, durant les soldes, invoquent d’abord l’intérêt des prix sur Internet (ils sont 71 % chez les 18-24 ans). Les arguments suivants sont : gagner du temps (54 %) et éviter la foule (51 %).

… mais invérifiables

Mais les consommateurs, alertés par des associations, mettent en doute la réalité des rabais affichés, notamment lorsqu’il s’agit de « prix barrés ».

Ainsi UFC-Que Choisir a récemment constaté l’absence de logique dans les baisses de prix pour 41% des sites suivis sur plusieurs mois. Le flou existe sur les prix de référence. Selon l’association, les promotions affichées sur 10 sites passés au crible « surestiment d’au moins 14 points les baisses réellement consenties ».

Jusqu’en 2015, le prix de référence devait avoir été affiché durant au moins 30 jours avant le rabais. Aujourd’hui, toute annonce de réduction de prix est licite « sous réserve qu’elle ne constitue pas une pratique commerciale déloyale au sens de l’article L. 120-1 du code de la consommation».

Quels produits sont recherchés pendant les soldes ?

Le prêt-à-porter reste le gros moteur des ventes durant les soldes, y compris sur Internet, où 83 % des sondés par la Fevad (88% chez les femmes) déclarent avoir l’intention d’acheter au moins un produit d’habillement, un accessoire, ou une paire de chaussures.

Suivent, pour 30 % des intentions d’achat, l’électro-ménager et les produits high-tech. Et, pour 12%, le mobilier et la décoration.

Soldes : des cyber-commerçants mieux organisés

Les sites marchands organisent de mieux en mieux leurs campagnes de teasing avec une démarche progressive sur les 6 semaines. Ils incitent à revenir sur leur site, organisé par familles de produits, mieux identifiées afin de faciliter le parcours client. Ils ont tout intérêt à mettre en avant, de façon séparée et très visibles, les produits soldés. Les nouvelles collections sont mises en évidence, mais elles ne sont pas toujours nécessairement soldés.

Leses réseaux sociaux s’avèrent un bon canal pour les soldes : les produits “best sellers” y sont souvent mis en avant.

La conviction des destockeurs professionnels

Au bout du compte, même si un premier seuil parait atteint pour les soldes sur Internet, l’histoire ne s’arrêtera pas là. Il y a tout à parier que le Web se confirmera comme un canal très approprié. A preuve, les déstockeurs professionnels sont aujourd’hui devenus des inconditionnels d’Internet. Ceux qui y sont installés ne sont pas prêts d’y renoncer.

 

Ils l’ont dit

Sébastien Bismuth, Directeur général d’Undiz (qui délègue ses soldes à Venteprivee.com) :

« On assiste à la consolidation du nouveau rapport entre les “pure players” de l’internet et le physique : les limites disparaissent au profit du client, grâce au savoir-faire de chacun ».

Laurent Bizot, directeur expérience clients d’Oxatis :

« Le cyber-commerçant a tout intérêt à benchmarker les prix de la concurrence et à ajuster ses tarifs, y compris pour les produits soldés, en mettant à jour son flux. »

 

En chiffres

  • 180 000 boutiques en ligne en France sont susceptibles de pratiquer les soldes sur Internet (source: Baromètre Fevad – CSA)
  • 25 millions d’internautes en France sont susceptibles de profiter des soldes sur Internet. C’est 68 % du total des internautes et c’est 1% de moins qu’en 2015 (source FEVAD, 12/2015).
  • 83 % des acheteurs sur Internet prévoient d’acheter au moins un produit d’habillement, un accessoire, ou chaussures. Et 30 % un équipement d’électro-ménager ou high-tech et 12% mobilier, décoration.
  • Le panier moyen des achats sur Internet devrait être de 184 euros sur la période des soldes en 2016 , contre 188 euros en 2015 et 207 euros en 2014.

Pour aller plus loin

  • No Related Posts Yet!