Cube digital

Métiers du digital

Transformation digitale des entreprises : quel impact sur les métiers ?

Si les métiers du numérique sont globalement très demandés par les recruteurs, des disparités existent encore entre les fonctions. Par ailleurs, des métiers préexistants à la transformation digitale des entreprises se teintent désormais fortement de bits et d’octets.

Vers une évolution de tous les secteurs

Pour s’opérer sans heurts, la transformation numérique des entreprises nécessite de créer de nouveaux métiers ou de faire évoluer des métiers existants vers le digital.

« Les entreprises les plus matures sur le numérique ont une croissance du chiffre d’affaires six fois plus élevée que les entreprises les plus en retard », justifient sur ce point les auteurs d’une étude sur le numérique réalisée par le cabinet Roland Berger en septembre dernier.

Réaliser la transition entre l’ancienne organisation et la nouvelle n’est pas simple, et cela se manifeste par les difficultés rencontrées par certains pour recruter dans le domaine du numérique.

Transformation digitale : tous les métiers ne sont pas logés à la même enseigne

Le baromètre des métiers du numérique, publié par Cap Digital et Multiposting au début du mois de mai, faisait état de 10 000 offres d’emplois disponibles dans le domaine du numérique au dernier trimestre 2014.

Dans le détail, les emplois dans les domaines du traitement de l’information et de l’administration système affichent plus de 25 % de croissance.

Par ailleurs, si 38 % des offres portent sur les métiers du développement informatique, 24 % sont en lien direct avec des fonctions des directions métiers elles-mêmes, qu’il s’agisse de spécialistes des données personnelles dans l’assurance, ou encore de la sécurisation des infrastructures dans le domaine de l’énergie.

Cette évolution est le reflet indirect d’une transformation numérique de l’entreprise qui déborde désormais hors du cadre de la DSI. Les compétences informatiques et la culture numérique se doivent d’être partagées et entretenues dans toute la structure.

Tous les métiers du numérique ne sont toutefois pas logés à la même enseigne. Une étude de Jobintree montre clairement des disparités entre les fonctions. Si les profils de techniciens et de responsables informatiques sont nombreux sur le marché, les entreprises sont peu en demande. À l’inverse, les développeurs et les responsables d’exploitation informatique sont chouchoutés par les recruteurs.

Si, pour une offre d’emploi de développeur, un employeur reçoit en moyenne moins de trois CV, c’est plus de 58 CV qui sont envoyés pour des postes de responsables informatiques.

Les raisons de cette fièvre pour les métiers du développement tiennent dans le besoin toujours plus important d’outils basés sur des technologies elles-mêmes très évolutives. La croissance des besoins en informatique, couplée à un rythme technologique soutenu crée un besoin en développeurs toujours plus important.

Dans le même temps, des fonctions comme celle de responsable informatique sont phagocytées par l’apparition des offres informatiques déportées, dont le Cloud Computing est le meilleur exemple. Avec une consommation à l’usage de ressources fournies par des prestataires, les entreprises ont de moins en moins besoin de gestionnaires informatiques.

Digitalisation des métiers traditionnels

L’autre aspect mis en avant par le baromètre des métiers du numérique, c’est l’empreinte digitale de plus en plus forte sur des métiers qui existaient bien avant la transformation numérique des entreprises.

Communication, marketing, vente… aujourd’hui il n’est plus envisageable de pratiquer ces métiers sans connaître à la fois les outils et les processus imposés par la numérisation des entreprises. Qu’il s’agisse de postes dans le secteur du marketing, de la vente ou encore de la communication, les profils numériques, de plus souvent plus jeunes que leurs concurrents, sont privilégiés.

Pourquoi ? « Un responsable marketing se traduit de plus en plus dans le numérique par un responsable webmarketing, SEO ou référencement », souligne le baromètre.

Il s’agit donc bien d’évolutions radicales qui sont exigées pour coller désormais aux besoins de ces métiers anciens, mais dont le contenu d’aujourd’hui est totalement imprégné d’une culture et d’un savoir-faire digital.

En chiffres

  • Seuls 23,6 % des professionnels du numérique ont plus de 45 ans, contre 39,4 % pour l’ensemble des actifs en France.
  • Le secteur numérique représente un peu plus de 3 % de la population salariée en France. 

Ils l’ont dit

Microsoft France :

Au cœur d’un écosystème numérique très important, nous constatons depuis plusieurs années un manque de compétences préoccupant en matière de programmation et de développement informatiques. On estime qu’en France, plus de 30 000 postes de développeurs seraient actuellement à pourvoir. Et demain ?

Marie Ducastel :

« Dans notre secteur [la formation] nous accompagnons depuis des années la digitalisation des métiers et sommes aux avant-portes de la création d’autres métiers. Mais nous constatons que ces métiers deviennent progressivement des compétences. Par exemple, le community management, le graphisme, la gestion de projet deviennent des compétences demandées chez une majorité de collaborateur au même titre que l’anglais. »

Pour aller plus loin

  • No Related Posts Yet!