People
18/01/2019

Le "Girls Tech Day"

 

Le « Girls Tech Day » est un évènement qui a eu lieu à Paris le 17 Novembre 2018 : un évènement original et prometteur en cette fin d’année 2018.

Mais qu’est-ce que le « Girls Tech Day » ? Organisé par le Conseil National des Femmes Françaises, cet évènement permet aux jeunes étudiantes de se renseigner sur le secteur de la Tech et du digital. Motivation et envie de partager ses expériences étaient au rendez-vous lors de ce forum ! Vous vous posez la question en tant que femme s’il est vraiment judicieux de se lancer dans le domaine du numérique ?

Abilways Digital a donc interviewé deux expertes en Tech présentes sur cet évènement. Venez découvrir qu'est ce que le monde du numérique en tant que femmes.

Claude Terosier : Fondatrice de Magic Makers

 

- Pourquoi avez-vous soutenu le « Girls Tech Day » ?

« Parce que je suis une femme ! Une femme engagée dans la tech et surtout dans l'intention de la rendre accessible à tous, et que c'est extrêmement important pour moi d'amener les jeunes filles à la tech, de leur ouvrir l'opportunité de choisir plus tard un métier dans ce domaine, sachant que tous les métiers sont impactés par le numérique ».

- En quoi le « Girls Tech Day » est un évènement important selon vous ?

« La technologie est en train de changer le monde, et ça va tellement vite que même lorsqu'on travaille dans ce secteur, on peut avoir du mal à suivre. Alors c'est extrêmement important de donner l'occasion à des jeunes filles de prendre mesure de ce que nous sommes en train de vivre, pas simplement en tant qu'utilisatrices de la technologie, mais de comprendre les enjeux et de se projeter dans comment mettre la technologie à leur service, au service de l'humanité. »

 - Y a-t-il eu un évènement ou une rencontre déterminante qui vous a poussé à vous lancer dans le domaine de la Tech ?

« Je crois que je ne savais pas ce que ça voulait dire ! Et j'étais loin de me rendre compte de l'importance de l'informatique. A l'époque j'étais surtout bonne en maths et en sciences, et je me suis orientée vers une carrière scientifique. C'est presque par hasard, par le jeu des concours, que j'ai intégré Telecom ParisTech au début d'internet, et que je suis entrée de plein pied dans le monde de la Tech. »

- Comment expliquez-vous que les femmes se lancent moins que les hommes dans le domaine de la Tech ?

« En France on a beaucoup de stéréotypes inconscients : ingénieur c'est pour les hommes, tout ce qui relève de la logique et des maths, et le domaine des femmes serait celui de l'affect. Cela se traduit par les garçons à qui on offre des lego, et les petites filles à qui on offre des poupées, et plus tard ça se retrouve dans le choix des études et des carrières. Pourtant si on voit la technologie comme un outil à la portée de tous pour résoudre les problèmes auxquels on est confrontés, on se dit qu'on est tous légitimes pour y aller ! »

- Avez-vous rencontré des difficultés ou subi des discriminations dans le domaine de la Tech en tant que femme ?

« Non ! Au contraire, je trouve que c'est presque plus facile de s'y faire une place, il suffit d'être soi-même plutôt que d'essayer de se conformer à un modèle imaginaire. »

Olivia Breysse : Co-Fondatrice de CryptoNext Security & Vera

(ancienne directrice technique de FUTURS.IO

 

 

- Pourquoi avez-vous soutenu le « Girls Tech Day » ?

« Pour susciter des "pourquoi pas moi" dans l'esprit des jeunes filles, afin de contrer les injonctions auxquelles nous sommes toutes confrontées au quotidien. Je parle souvent en public des projets que je mène, des techniques que je maîtrise, mais très rarement de ce que je suis et de mon parcours. C'était d'ailleurs la première fois que je me prêtais à un tel exercice. Et fait amusant, nous nous sommes pratiquement toutes posées la question : mais qu'y a-t-il de si pertinent dans mon parcours ? Après tout, je n'ai pas décroché de Prix Nobel, je ne suis pas à la tête d'une ligue de justicières de la tech. C'est donc aussi cette humilité déplacée chez les femmes que le Girls Tech Day permet d'endiguer. Parler de soi et de ses réalisations ouvre tout simplement la voie à d'autres qui douteront moins de leurs propres choix et iront beaucoup plus loin que nous. »

- En quoi le « Girls Tech Day » est un évènement important selon vous ?

« Déconstruire les stéréotypes de façon très factuelle sans s'embourber dans de longs discours, ouvrir des possibles qui ne nous seraient jamais venu à l'esprit. En faisant intervenir des profils très variés, ce type d'évènement n'enferme pas les jeunes générations dans des carcans. Et c'est vraiment tout ce qu'on peut leur souhaiter pour leur épanouissement personnel. D'autant plus que les nouvelles technologies sont omniprésentes dans notre modèle de société. Souhaitons-nous que les jeunes filles deviennent des consommatrices passives ou qu'elles soient aussi actrices du changement ? Surtout qu'à l'avenir, la plupart des métiers nécessiteront des compétences techniques ou a minima une bonne compréhension des outils du numérique et de leurs impacts. »

- Rappelez-vous de vos 15 ans : vous vous imaginiez travailler dans le domaine de la Tech aujourd’hui ? 

« Oui et non, je voulais tout à la fois devenir danseuse classique, pilote d'essais en aéronautique, coiffeuse afro-antillaise, astrophysicienne... Je faisais les choses par plaisir et par passion, sans me poser la question de savoir si j'étais légitime ou non. Et à l'époque, si mon modem flanchait ou ma carte mère déraillait, je ne pouvais compter que sur moi-même pour les réparer. Encore maintenant, on peut faire des merveilles avec un fer à souder et quelques lignes de commande. On vient donc à la tech avant tout parce qu'on l'utilise et qu'on est curieuse de savoir comment elle fonctionne. Elle reste un outil et pas une fin en soi, même si on a vite fait de se prendre au jeu et d'en faire son métier effectivement. »

- Y a-t-il eu un évènement ou une rencontre déterminante qui vous a poussé à vous lancer dans le domaine de la Tech ?

« Mon premier PC ou plutôt un semblant de caisse enregistreuse que j'avais bidouillée pour la transformer en PC connecté à cette terra incognita qu'était internet. J'ai passé des nuits entières à explorer tout ce que je pouvais faire avec...et à corriger les bugs que j'engendrais. »

- Comment expliquez-vous que les femmes se lancent moins que les hommes dans le domaine de la Tech ?

« C'est principalement une affaire d'éducation. Cessons de cautionner, même involontairement, cette dichotomie arriérée entre garçon / combatif / ambitieux / logique et fille / sensible / frivole / intuitive, que ce soit dans nos paroles ou nos actes et surtout, arrêtons de générer à tout prix les jouets ou les activités des enfants. Ce cloisonnement binaire est d'une pauvreté, il nous prive de tellement de combinaisons possibles. »

- Avez-vous rencontré des difficultés ou subi des discriminations dans le domaine de la Tech en tant que femme ?

« Oui comme partout ailleurs et je me suis assise dessus. Maintenant, elles m'offrent un magnifique point de vue. »

 

 

 

Nos derniers articles

23/04/2019
Tendances & Actualités

Genius Bar Numérique, l’event learning par excellence !

La semaine dernière, la team ABILWAYS DIGITAL accompagnait deux de ses clients sur des Genius Bar Numériques. Deux événements phares dans la vie de ces deux entreprises.

23/04/2019
Tendances & Actualités

De retour du Salon Learning Technologies

La team Abilways Digital a été au salon Learning Technologies qui s'est déroulé le 30 et 31 Janvier au Parc des Expositions à Paris. Venez découvrir les coups de coeur de ce salon, et revivre intégralement ce salon.

23/04/2019
People

Interview - Valentin Kiselak : Prendre le pouls de son organisation, un challenge pour les entreprises

La team ABILWAYS DIGITAL a rencontré Valentin Kiselak, le co-fondateur de la startup Human Predictive Intelligence : une startup au coeur de l'entreprise intelligente.